High Square County Le Groupe

ALIX
// violon
// percus

CAPUCINE
// chant
// percus

MARTIN
// chant
// guitare
// harmonica

NAD
// basse
// choeurs

FRED
// guitare
// choeurs

High Square County c’est des guitares et des voix. Une basse, un violon, un harmonica. Des percus et un bottleneck. Et lorsque tout ce petit monde se met en branle, il revendique clairement et musicalement son amour pour la folk music. Notamment celle qu’exhalent les bas-fonds, les ruelles et les clubs de Greenwich Village dans les années 1960.

Seulement, depuis quelque 50 années la folk music a évolué et on n’est pas exactement à New York. C’est pourquoi, à travers des compositions très personnelles, chantées tour à tour en français et en anglais, le Folk Band bordelais s’attache à dresser un pont entre deux époques, entre deux cultures.

NOTRE HISTOIRE

Derrière ce nom insaisissable, à la phonétique incertaine, à l’orthographe hasardeuse, – ils en conviennent bien volontiers ! –, se cache un lieu. Berceau du groupe, théâtre de ses balbutiements. Le lieu, en somme, où prend racine la musique et les histoires du quintette folk bordelais.

Cela étant dit, à partir de là, nous les appellerons HSC.

HSC, c’est avant tout une histoire de musique et d’amitié qui traverse le temps depuis de nombreuses années déjà.

A l’origine, il y a un trio de musiciens issus de formations diverses et qui arrivent avec un certain bagage musical. Trois copains qui, 6 ans auparavant, composaient notamment le groupe de rock Sulvan : Martin au chant, à la guitare et à l’harmonica, Fred à la guitare et Nad à la basse.

En 2014, le trio décide de laisser amplis et guitares électriques à la maison et se réapprivoise autour de quelques standards de cette folk music qui leur est chère. L’alchimie opère à nouveau et très rapidement s’impose l’envie d’écrire et de composer de nouvelles chansons.

Un an plus tard, le trio devient quintette lorsque le violon d’Alix (qui écumait déjà la scène bordelaise aux côtés de Martin au début des années 2000) et la voix de Capucine viennent compléter l’ensemble. HSC est né.

S’en suit une année de travail, une année de création au cœur de ce lieu chargé de souvenirs évoqué en préambule. Le High Square County.

Les premières compositions du groupe émergent une à une lors de sessions où musique et joyeuses agapes s’entremêlent inexorablement, sans que l’une ne pâtisse jamais de l’autre assurent-ils. Sans commentaires.

HSC propose des compositions très personnelles, chantées tour à tour en français et en anglais et dans lesquelles les voix entrelacées glissent le long des mélodies du violon, résonnent dans l'écho d’un l'harmonica, d’un bottleneck, soutenues, toujours, par les cordes délicates ou tranchantes des guitares acoustiques et de la basse. Lorsque tout ce petit monde se met en branle, il revendique clairement et musicalement son amour pour cette folk music, anglo-saxonne, nordique ou française, qui traverse le temps depuis des décennies, sans artifice, sauvage, primitive, intemporelle.

L’accueil chaleureux du public lors des premiers concerts d’HSC encourage le groupe à travailler sur un premier disque. C’est ainsi qu’en 2016 ils enregistrent un mini album de 5 chansons. Entre sessions conviviales, difficultés techniques, et parfois même épuisement total, ils parviennent à finaliser ce premier disque, 100% fait maison, avec de petits moyens mais beaucoup d’enthousiasme.

S’en suit une année de concerts riche et passionnante durant laquelle, écumant un maximum de salles bordelaises, ils prennent soin de travailler l’interprétation de ces compositions qu’ils jouent live avec un plaisir non dissimulé.

C’est ainsi qu’ils croisent la route de Milos Ares Asian Teran, fondateur de l’association La Cassette qui promeut l’art et la culture dans la région et qui abrite notamment le Kitchen Studio d’enregistrement. La rencontre est loin d’être anodine. Le courant passe et de nouvelles opportunités s’offrent au groupe : concerts, scènes partagées puis, dans un second temps, studio. Le répertoire s’est en effet étoffé et il est temps pour HSC de travailler sur son premier album. Début 2017, le groupe investit donc le Kitchen studio où il enregistre 8 compositions. Le disque, sobrement intitulé L’aube, sort en septembre de la même année.

Depuis, HSC multiplie les occasions de défendre sur scène son album et ses compositions en général. Notons que la faculté étonnante des 5 musiciens à s’adapter à leur environnement, aussi exigu soit-il, leur permet de jouer dans tout type de structure, – il est vrai que de la scène de L’Antirouille à celle La Cave de la Course il y a monde ! –, et de se confronter ainsi à différents publics, différentes acoustiques. Ce qui constitue un moyen radical et constructif de dépouiller leurs compositions (et leurs prestations) de tout artifice et de toucher ainsi du doigt cette justesse, cette authenticité qui caractérise la folk music.

Un beau chemin parcouru, en somme, depuis le 17 juin 2016 au Quartier Libre, première date significative pour le groupe, et jusqu’à leur sélection dand le Top 100 du Prix Ricard SA Live 2018 ainsi qu'à celle du Tremplin (Bordelais) des 2 rives.

Gageons que le meilleur reste à venir.